Page précédente Page suivante 4. Avec les plus grands virtuoses
Bar

Alfred Jaëll
Alfred Jaëll

Liszt
Liszt

Brahms
Brahms

Rubinstein
Rubinstein

Le 9 août 1866, à vingt ans, Marie Úpouse Alfred JaŰll en l'Eglise de la Madeleine à Paris. Ce dernier, de quinze ans son aîné, Útait originaire de Trieste. C'était un pianiste virtuose de renommée internationale, élève de Chopin.

Marie fait bientôt la connaissance d'un ami de son mari, Franz Liszt, qui fréquentait les principaux centres musicaux européens : Rome, Weimar, Vienne et Paris.

De ce fait, Marie, jeune pianiste déjà réputée, est amenée à rencontrer tous les grands musiciens de son temps : Brahms, Rubinstein et bien d'autres.

Marie Jaëll entretiendra des relations particulièrement privilégiées avec Liszt, qui fut pour elle à la fois un maître et un ami. Le jeu si prodigieux de Liszt fut pour elle une véritable révélation qui devait être décisive dans l'orientation de sa vie et de sa pensée par la suite.

Dans le Paris de cette fin de siècle, Marie Jaëll côtoie les écrivains et les poètes les plus prestigieux de l'époque et parmi eux, tout particulièrement, Mallarmé, A. Gide, P. Valéry, A. Siegfried, M. Pottecher. Elle rencontre aussi des alsaciens célèbres qui s'y sont fixés ou y font de fréquentes apparitions, Schuré et Albert Schweitzer.

Les écrivains qui entretiennent des relations épistolaires suivies avec Marie possèdent presque tous un point commun : à un titre ou à un autre, ils sont préoccupés de musique et de musicologie.

Haut

Bar